Inscription à la Newsletter Comité OKA

Je souhaite recevoir les actualités de la part de Comité OKA.

Veuillez indiquer votre adresse email. Vous recevrez un email pour confirmer votre inscription à la newsletter.


 VALIDER

OKA AU SECOURS DES BONOBOS

La première mission : Lola ya Bonobo ?

Anne Vosgien

Véritable Eden naturel, la République Démocratique du Congo est le deuxième poumon de la planète après l’Amazonie. Pétri de richesses tels le bois, le pétrole, les métaux rares, les diamants, le pays est pourtant en ruine. Dévasté par 15 ans de guerre civile, il souffre de la déforestation sauvage, de la disparition de ses espèces endémiques et de la misère.

Victimes des conflits, d’un braconnage intensif dans leur Congo natal et du trafic de la viande de brousse, les bonobos, qui appartiennent à la famille des grands singes, ont vu leur population fondre en quelques décennies au point de se retrouver actuellement en voie d’extinction. Selon les plus optimistes, il n’en resterait plus que 20 000 à l’état sauvage.

C’est pour ces rescapés que Claudine André, née en Belgique mais ayant grandi dans l’ancien Zaïre, se bat depuis une quinzaine d’années. A force de courage, d’énergie et d’obstination, elle a fondé un sanctuaire de 35 hectares situé à une trentaine de kilomètres de Kinshasa : Lola ya Bonobo. Les primates guérissent et réapprennent la vie en société dans cet écrin de verdure qui reconstitue leur biotope naturel.

Chaque bonobo mange sept kilos de fruits et légumes par jour. Les maraîchers aux alentours alimentent les besoins quotidiens du centre, permettant ainsi à la population locale de vivre et de réorganiser une société d’échanges économiques. « Un bonobo vivant rapporte plus qu’un bonobo mort », un constat abrupt que Claudine André ne cesse de répéter.

L’objectif d’OKA sur cette première mission ?

Mettre en lumière le bonobo. Comment admettre que l’animal avec lequel nous partageons plus de 98% de notre patrimoine génétique puisse disparaître à jamais dans les années à venir ? Accepter leur anéantissement revient à admettre sans bouger la disparition de leur biotope et, à fortiori, la dégénération de la vie des habitants.

Il faut donc informer et solliciter financièrement l’opinion publique pour qu’elle accompagne l’initiative de Lola ya Bonobo.

Telle est la mission d’Oka, agir et combattre pour la planète et pour les hommes : Avançons !

Lola ya bonobo 2Lola ya bonobo 3
Copyrights 2012 - © Comité OKA - Réalisation GRIS-METAL